Plus de 800 marques
800 000 clients actifs
Retours faciles et gratuits sous 30 jours

Cales vélo : comment fonctionnent-elles ?

Si vous êtes fan de pédales automatiques, les cales de vélo sont un accessoire indispensable pour vous. Elles garantissent une liaison parfaite entre la pédale et la chaussure et assurent donc un bon pédalage. Grâce à elles, il est presque impossible de faire un « faux pas ». Le choix des cales n’est pas une mince affaire, puisque vous devrez faire attention au design de la pédale et de la chaussure elle-même. Toutes les chaussures ne sont pas compatibles ni adaptées à toutes les disciplines du monde du vélo. Les cales sont un accessoire qui peut même définir votre comportement sur le vélo. Continuer de lire

Classement par Popularité

Qu’est-ce qu’une cale vélo et comment fonctionne-t-elle ?

Les cales sont des pièces en plastique ou en métal qui se fixent à vos chaussures de vélo à l’aide de vis ou d’un système d’ancrage similaire. Chaque fabricant possède des modèles différents, même si la plupart ont tendance à suivre des normes en termes de taille et de forme. Ces normes deviennent de plus en plus évidentes lorsque l’on compare les cales de VTT et les cales de vélo de route, car elles présentent des différences d’utilisation qui peuvent influencer le design. Le conseil des professionnels est d’acheter des crampons et des pédales de la même marque pour s’éviter des problèmes.

Les deux systèmes d’ancrage qui dominent le marché sont le Keo, de la marque Look, et le SPD, de Shimano. Chacun présente une variation angulaire qui affecte l’efficacité du pédalage, ainsi que la facilité de dégagement des cales. Elles se comportent aussi différemment lorsque vous marchez avec elles, qu’il s’agisse des pas avant et après le trajet, ou dans le cas où, en raison d’un obstacle majeur, vous devez descendre du vélo.

Une fois fixées aux chaussures, les cales s’insèrent dans la pédale automatique. Ce type de pédales de vélo est conçu pour maintenir le pied au moyen d’un ressort. De cette manière, le pied et la pédale forment une unité qui ne peut être séparée que par un mouvement controversé du pied. Controversé parce que certains cyclistes pensent qu’il s’agit d’une manœuvre difficile, qui demande trop de concentration, surtout si ce « dégagement » du pied doit être effectué lors de périodes de stress. On peut dire qu’ils ont raison et en même temps tort, car avec un peu de pratique, vous pouvez vraiment maîtriser ce mouvement. D’ailleurs, s’il s’agit du principal inconvénient, il ne fait pas le poids face à l’avantage de garder le pied bien fixe pendant que vous roulez.

Avec un pied bien calé sur la pédale, le pédalage est plus efficace. Le pied ne glisse pas de la pédale, même dans des circonstances extrêmes, telles qu’une forte averse, des chutes de neige ou après un passage dans la boue. Cette stabilité est précieuse pour la pratique du VTT. Par contre sur la route, elle se traduit par un rythme plus soutenu et plus régulier.

Types de cales vélo

Les cales pédale sont classées en plusieurs types en fonction de leur facilité d’utilisation et de la discipline dans laquelle elles sont utilisées.

  • Les cales de débutants concentrent leurs performances sur la mobilité du pied. Le flottement de la pédale est supérieur, c’est-à-dire qu’il laisse le pied bouger selon plusieurs angles, contrairement aux modèles de cales plus avancés, où la fixation est totale. Ces cales sont généralement multidirectionnelles. Cela signifie que, lorsque vous devez libérer votre pied, vous pouvez le faire dans n’importe quelle direction.
  • Les cales plus avancées réduisent au maximum la flexibilité du pied, jusqu’à l’immobiliser complètement sur la pédale. Le dégagement est également très spécifique, que ce soit au niveau du mouvement à effectuer ou de la direction dans laquelle ce geste doit être exécuté. Ce sont les modèles de cales les plus courants en VTT, qui permettent de sauter les obstacles sans que le pied ne quitte la pédale. Ensuite, vous pouvez retrouver le contrôle du vélo sans problème.

En principe, les cales de vélo sont destinées à la pratique du VTT, mais de plus en plus de cyclistes sur route et de cyclotouristes ont ajouté des pédales automatiques dans leur équipement. Même s’ils pratiquent des disciplines avec peu d’imprévus, ou du moins c’est ce que l’on suppose, un peu de sécurité en plus ne peut pas faire de mal.

Conseils d’utilisation

Les cales de vélo sont soumises à d’énormes contraintes, c’est pourquoi elles doivent être entretenues après chaque sortie à vélo. Leur usure est inévitable : au moindre signe d’usure, elles doivent être remplacées.

Il est toutefois possible de les entretenir pour qu’elles durent plus longtemps. Comme il s’agit d’un ancrage à base de boulons, il est conseillé de les lubrifier au préalable. Ensuite, vous ne devez pas laisser la saleté s’accumuler dessus. Nettoyez-les avec soin, en essayant de repérer toute trace de boue et de poussière accumulée. Une fois terminé, séchez-les bien, car ce sont des éléments métalliques qui peuvent rouiller.

En plus de l’entretien, le flottement peut également poser problème lors de l’achat de cales de vélo. Les cales professionnelles sont très attrayantes, vous pouvez donc essayer des cales et des pédales automatiques à faible flottement. Mais avant de vous précipiter, de dépenser votre argent ou, pire encore, de prendre des risques avec un accessoire que vous ne savez pas utiliser, réfléchissez bien à la compatibilité de ces cales avec votre style de conduite. Il existe de nombreux degrés de flottement et vous pouvez commencer par les plus élevés avant de vous attaquer aux plus radicaux.

Cale-pieds de vélo

Une alternative aux cales, notamment pour les débutants, sont les cale-pieds. Le cale-pied est un embout en plastique dont l’élasticité est variable et qui est monté sur la pédale afin de favoriser l’adhérence du pied.

Il s’agit d’un produit classique de vélo depuis des décennies. Les premiers modèles étaient équipés de sangles qui s’attachaient au pied une fois que celui-ci s’appuyait sur la pédale. Avec le temps, ils ont été délaissés, car le pied était complètement emprisonné et, en cas de chute, il était impossible de le dégager. Vous tombiez directement au sol avec le vélo.